Débat sur la semaine de 4 jours

semaine 4 joursLa semaine de 4 jours est toujours d’actualité et reste un grand sujet de débat.

Les enseignants et de nombreux parents d’élèves de l’école Olivier Paulat à Champs-sur-Marne se rejoignent pour dire qu’il est bon de profiter d’un week-end de deux jours, qu’il serait hypocrite d’affirmer le contraire, mais que c’est oublier un peu vite l’équilibre et la santé des enfants. Tout le monde s’accorde à dire qu’ils sont fatigués le lundi matin et ont bien du mal à reprendre le rythme scolaire.

La fcpe de Chelles organise une soirée débat sur les rythmes scolaires et physiologiques des enfants, avec comme intervenants :

  • le Professeur Hubert Montagner, Docteur ès-Sciences en psychophysiologie
  • Mme Sylvie Lafuente, adjointe au Maire de Chelles chargée de la vie scolaire
  • M. Morin, inspecteur adjoint de l’Académie de Seine et Marne

C’est l’occasion de venir vous informer et de participer aux discussions :

le mardi 30 mars à 20h30
Centre culturel de Chelles (salle André Malraux)
Rue des Martyrs-de-Châteaubriand à Chelles

Profitez du sondage mis en ligne pour donner en un clic votre point de vue.
Télécharger l’affiche du débat

Un rythme scolaire bien harrassant

Tous les journaux en parlent : dans son rapport, l’Académie de médecine recommande de mettre fin à la semaine de 4 jours au primaire et de remanier les congés scolaires.  On vous propose quelques extraits du rapport (source : café pédagogique).

« Le sommeil est un facteur indispensable à la bonne santé de l’enfant et certains travaux ont corrélé les difficultés scolaires à un sommeil insuffisant » affirme l’Académie de médecine dans un rapport réalisé par les professeurs Touitou et Bégué.

Au primaire, ils soulignent « le rôle néfaste… de la semaine dite de 4 jours sur la vigilance et les performances des enfants les deux premiers jours de la semaine liées à une désynchronisation liée au week-end prolongé ». L’Académie invite à revoir la semaine scolaire. « La journée scolaire qui se déroule en France de 8 h 30 à 16 h 30 devrait être améliorée en brisant ces horaires conventionnels pour organiser une semaine scolaire sur une journée moins longue (5 h par exemple et sur une semaine de 4 jours et demi ou 5 jours comme dans la plupart des pays européens, en proposant 1 h d’études dirigées en fin de classe l’après-midi) ». De plus, « les semaines de 4 jours, 4 jours et demi ou 5 jours de classe ont fait l’objet de recherches qui montrent que l’aménagement hebdomadaire en 4 jours n’est pas favorable à l’enfant car celui-ci est plus désynchronisé le lundi et le mardi matin que dans la semaine habituelle de 4 jours et demi. »

L’Académie invite donc à « aménager la semaine sur 4 jours et demi ou 5 jours » et à « évoluer vers un calendrier de 7-8 semaines de classe et 2 semaines de vacances, ce qui implique un remaniement des 1er et 3ème trimestres ». Elle estime qu’il faudrait une année scolaire de 180 à 200 jours au lieu des 144 jours actuels mais avec des journées moins longues.

Pour info, suite au rapport, le ministère a répondu que c’était chaque école qui avait choisi son rythme hebdomadaire.

Et vous, estimez-vous que le rythme scolaire en école primaire est mal organisé et qu’il nuit à la santé des enfants? Exprimez-vous dans les commentaires ci-dessous  et/ou en répondant au sondage.

Vaccination des enfants scolarisés contre la grippe A/H1N1

Les enfants et adolescents scolarisés pourront se faire vacciner, sous réserve de l’accord de leurs parents, à partir du pablo25 novembre 2009. La vaccination n’est pas obligatoire.

Dès réception du bon de vaccination, les enfants de maternelle et élémentaire pourront se faire vacciner dans un centre de vaccination, accompagnés d’un parent.

A Champs sur Marne, le centre se situe au centre d’accueil Picasso allée des Noyers.

Horaire d’ouverture :
– les vendredis de 12h00 à 20h
– les samedis de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00,
sauf les 25 et 26 décembre 2009 et les 1er et 2 janvier 2010
(Source informations : site de la préfecture au 20/11/09)

+ d’infos : retrouvez les informations sur

Champs sur Marne, Ville Amie des enfants

Champs sur Marne est Ville amie des enfants depuis 2004.  Voyons ce qui a permis à notre ville de devenir membre de ce réseau

Que veut dire « Ville amie des enfants » ?

Lancée par UNICEF France et l’Association des Maires de France (AMF) en 2002, « Ville amie des enfants » réunit début 2009, 187 villes Françaises (dont 6 en Seine et Marne).

Son objectif : servir la cause des enfants à travers un VAEréseau de villes dynamiques engagées à promouvoir des actions pour améliorer leur vie quotidienne, à développer la participation et l’écoute des enfants et des jeunes et à développer un esprit de solidarité internationale.

Et à Champs sur Marne ?

Localement, l’action de la ville envers l’enfance se traduit sur 3 axes :

  • Pour la vie quotidienne en mettant en place un projet éducative local qui s’appuie surtout sur les services municipaux. Cela va entre autres des actions d’hygiène dentaire, lecture pour les CP aux ateliers musicaux, sportifs, les mini-séjours, les activités en centre de loisirs en passant par la charte de restauration, le pédibus…
  • Pour la participation et l’écoute des jeunes en favorisant de nombreuses actions qui engagent enfants et familles : lieu d’accueil enfants-parents, sorties familiales, fêtes de quartier…
  • Pour la Solidarité Internationale soit par des aides collective comme sur le projet « Solidarité Maroc » avec l’Association MARS et la Fondation RATP, projet de rencontre culturelle permettant à des jeunes campésiens d’aider à installer des pompes à eaux dans différents villages du Haut-Atlas, soit par des aides individuelles (logistique ou financière) à chaque jeune impliqué dans un projet de solidarité (Nicaragua – Bénin).
  • La ville s’appuie sur un fort équipement à destination des plus jeunes avec ses 6 centres de loisirs, ses 6 Gymnases, sa médiathèque, ses ludothèque, son école de musique, sa maison des jeunes , sa maison de quartier…

    + d’info sur le site du réseau Ville amie des enfants

    Qui est Olivier Paulat ?

    « Olivier Paulat ». Ce nom résonne dans toutes les bouches sans que personne ne puisse expliquer l’origine du nom de notre chère école.
    opaulat.pngM. Paulat, de son prénom Olivier fut maire de Champs sur Marne pendant 21 ans de 1947 à 1968. Il est décédé suite à une grave opération pendant son mandat.

    En 1956, il a initié le projet d’une nouvelle école dans le quartier des bords de Marne. Dans un premier temps, l’école nommée « des terres nues » était constituée de 4 classes et de logements pour les instituteurs, dont une partie était bâtie en construction préfabriquée sommaire.

    L’explosion démographique de la ville (+52% de 1954 à 1968) poussa la mairie à engager la construction de locaux plus modernes et durables que nous connaissons encore à l’heure actuelle. Les travaux se terminèrent en 1968 pour le plus grand plaisir de l’équipe enseignante et… des enfants !

    photo-ecole-1968.png

    Source des images : Service Documentation de la Mairie de Champs-Sur-Marne (2007)

    Partie de catch-catch à la récré

    catchBonjour le catch, adieu les Pokémons. Le phénomène est arrivé dans la cour de récréation de l’école élémentaire d’Olivier Paulat. Les enfants  raffolent de ces cartes sur lesquelles les catcheurs ou catcheuses exhibent leurs muscles et leur air menaçant.

    L’engouement est là, il peut nous surprendre. Toutefois ce n’est pas à nous, parents, de chercher à le comprendre. Ce sont des jeux d’enfants et non d’adultes. Et puis c’est bien connu : les grands ne comprennent jamais les enfants.

    Par contre, il est de notre rôle de veiller sur la sécurité. Dans de nombreuses écoles, ce jeu de cartes dérive vers l’organisation de bagarres, dans lesquelles les enfants font tout « comme les catcheurs  » sans se rendre compte de la violence engendrée.

    On touche là les limites de ce jeu : dans  le danger que peuvent représenter des prises effectuées par les non-initiés. Des blessures consécutives à  ces jeux commencent à être déplorées dans les établissements scolaires depuis un certain temps. D’ailleurs, certaines écoles font appel à des catcheurs professionnels pour qu’ils expliquent que ce n’est qu’un spectacle ; d’autres interdisent simplement les cartes dans l’enceinte de l’école. A noter que la WWE, organisatrice des tournois de catch américain a mis à disposition sur son site  des conseils à destination des parents : elle les encourage  à expliquer à leurs enfants que le catch est avant tout un spectacle, pratiqué par des professionnels entraînés

    Et vous, parent d’élèves d’Olivier Paulat,  quel est votre avis ? N’hésitez pas à laisser un commentaire.

    Sanitaires – C’est en octobre 2009…

    Faire un point sur l’état des sanitaires avant le conseil d’école du premier trimestre  de l’élémentaire d’Olivier Paulat était indispensable. Nous suivons activement ce dossier depuis le début 2008 comme vous pouvez le lire dans le post précédent « Sanitaires – C’était en février 2008… »

    Ainsi, Isabelle et Karine,  ont pu aller faire, à leur tour ,  un état de lieux des sanitaires et constater si cela a évolué.

    Nous nous sommes rendus ce mardi 20 octobre à 13h30 à l’école, accompagnée de Melle Ladevèze, la Directrice de l’élémentaire.

    Voici ce qu’on a pu constater :

    • Victoire ! Des distributeurs de papier toilettes dans chaque cabine WC ont été enfin installés ainsi que les balayettes. Nous tenons à remercier la municipalité d’avoir pris notre demande en considération.
    • Le nombre de toilettes pour les filles est toujours insuffisant avec 5 WC. On est plus proche des « 1 toilette pour 25 filles »  que 1 pour 15 comme le stipulent les préconisations.
    • Les lieux n’étaient pas propres lors de notre visite. Mais, leur état des lavabos, WC, ou le sol, était plus lié au non–respect des lieux par les enfants que par l’entretien. Le ménage est fait tous les soirs avec un passage supplémentaire tous les midis .
    • L’état des peintures se détériore de plus en plus. Malgré des demandes depuis 2008, la peinture continue de s’écailler surtout autour des lavabos et dans certaines cabines de toilettes. L’extension du carrelage mural autour des points d’eau reste d’autant plus indispensable.
    • Les rouleaux en tissu des essuie-mains étaient déjà terminés à midi. Les enfants ne pouvaient s’essuyer qu’avec un torchon mouillé et surtout déjà utilisé par les autres. Il serait judicieux de s’assurer de l’usure des rouleaux le midi pour qu’ils puissent tenir jusqu’au soir.

    Ces constatations ont été envoyées ce mercredi à la mairie pour la préparation du conseil d’école. Dès jeudi, les premiers éléments de réponse nous ont été communiqués. Nous vous tiendrons au courant dans un prochain post suite au conseil de ce soir.

    Sanitaires – C’était en février 2008…

    En février 2008,  Stéphane avait fait un retour suite à sa visite « état des lieux »  des sanitaires de l’élémentaire d’Olivier Paulat avec l’ancien Directeur.

    Vous avez sans doute entendu parler d’une étude récente et inquiétante concernant l’état des sanitaires dans les écoles primaires.
    L’ONS (Observatoire National de la Sécurité des établissements) a en effet récemment publié un rapport (que voici) sur l’état et l’hygiène des toilettes et des sanitaires en primaire et de son impact sur la santé des enfants. Et force est de constater que tout n’est pas rose: d’après l’ONS, un grand nombre d’écoliers ont peur d’aller aux toilettes et la moitié des élèves se plaignent de maux de ventre parce qu’ils refusent d’aller aux toilettes de leur école.

    Comment se situe l’école élémentaire Olivier Paulat sur ces questions ?

    M. Piezel m’a ouvert les portes de l’école pour présenter les sanitaires dédiés aux enfants :

      dsc00081.JPG dsc00076.JPG

    • Les toilettes sont réparties sur 4 pièces dont les 2 peintes en bleu sont réservées aux garçons et les 2 roses (ô surprise) aux filles. Les garçons disposent de 5 WC et 8 urinoirs, les filles de 5 WC et… c’est tout !
      Concernant les cabines WC, les portes sont hautes et descendent bas pour une meilleure intimité et disposent Lire la suite

    La violence en milieu scolaire -Débat

    guerreboutons
    Extrait de "La guerre des boutons"

    La violence à l’école existe, on le sait et pas que chez les autres. Dans cette optique, la FCPE en collaboration avec le Cinéma Le Cosmos de Chelles vous convie le mardi 20 octobre à 20 h 30 à une projection du film d’Yves Robert, « La Guerre des Boutons ».

    La séance ouverte à tous (parents, enseignants, élèves,…) sera suivie d’un débat sur le thème de « la violence en milieu scolaire » animé par la FCPE de Chelles et, pour répondre à toutes vos questions, l’aimable participation de :

    • Maryse Esterle Hedibel, sociologue, enseignante chercheure à l’IUFM du Nord-Pas-de-Calais, Université d’Artois, chercheure CESDIP (centre de recherches du CNRS)
    • Marie-Rose Mavilla, Psychologue à la Maison Départementale des Solidarités de Chelles

    Participation aux frais de projection : 4,00 €. Le cinéma Le Cosmos de Chelles est situé au 22 avenue de la Résistance.

     

     

     

    Aménagement de la plaine de jeux des bords de Marne – Rappel Point Mars 2009

    Nous avons participé en Janvier à une réunion organisée par la mairie en vue de la création d’une aire de jeux destinée aux enfants du quartier des bords de Marne. Ce quartier est le dernier de la ville de Champs sur Marne qui ne bénéficiait pas jusqu’à maintenant de structure d’accueil adaptée.aire-de-jeux
    La plaine de jeux sera installée sur la prairie jouxtant le chemin de Monte à Peine et le chemin de la rivière. Ce terrain sera donc amené à recevoir 2 aires de jeux, l’une dédiée à la tranche d’âge 2-6 ans, l’autre aux 6-12 ans. Une structure accueillant un terrain de pétanque (ou autre) est également à l’étude.
    La mairie organise une 2ème réunion ce mardi 31 mars à 19h à la salle Jean Effel afin de recueillir les derniers éléments de réflexion des riverains et associations concernées.
    En ce qui nous concerne, nous avons souhaité que les structures qui seront installées respectent à la fois un esprit naturel conforme à la proximité du château et des bois environnants.
    Nous souhaitons ainsi que les structures:

    • disposent d’un sol souple de type naturel (paillis/écorces)
    • soient en bois
    • soient closes et ceinturées par des bancs pour accueillir les parents
    • regroupent plusieurs modules reliés entre eux par des passerelles ou des tubes
    • disposent d’équipements de type toboggans, mâts de pompier, nasses, murs d’escalade, etc.
    • soient complétés par quelques jeux unitaires (bascules, escarpolettes, poutres, tourniquet)

    Voici 2 exemples de structures types qui correspondent à nos attentes:

    • 2-6 ans:

    structure_2-61

    • 6-12 ans:

    structure_6-12